Revenir à Créations

Un paysage sur la tombe

paysage_bandeau

Un paysage sur la tombe, est une pièce à quatre personnages de Fanny Mentré mise en scène par Sébastien Castells.

De la jeunesse à la vieillesse, quatre personnages sont à la recherche de « l’autre ». Ils se rencontrent, se déchirent, s’aiment…
Tout au long de leur vie…
Aussi simple que puisse paraître le résumé de la pièce… c’est un texte qui m’accompagne depuis de nombreuses années (depuis 1996), l’auteur met en relief, sans sentimentalité et avec humour, différentes formes de perversité qui font partie intégrante de la nature humaine.

paysage_4p-1

TELECHARGER LE FICHIER PDF

paysage_4p-2

Les thèmes de la pièce: L’errance – L’évolution – La ville. 
Ce paysage est uniquement signifié par l’espace dans lequel évoluent quatre personnages étranges ou communs…
L’histoire est aussi celle d’une société qui ressemble à la nôtre, à nos vies, nos rencontres qui nous font et transforment… Chacun part à la rencontre de l’autre, de lui–même et du public. Le spectateur est le confident et le voyeur de ces et ses solitudes…
La simplicité de la pièce masque un univers complexe, nous cheminons à travers les âges… les tableaux sont des tranches de vies. Nous côtoyons l’Homme tout au long de son chemin avec comme point d’orgue: la «certitude du doute»… Qu’est-ce que l’existence? Fanny Mentré fait le pari du voyage de la rencontre de l’autre…

 

Résumé selon Fanny Mentré
« J’ai voulu mettre en relief, sans sentimentalité et avec humour, différentes formes de perversité qui font partie intégrante de la nature humaine. Paysage sur la tombe raconte l’histoire et les histoires de quatre personnages, tous très différents, dans un même environnement: la ville. À l’acte I, ils ont vingt-cinq ans. À l’acte II, ils ont trente ans. À l’acte III, ils ont quarante-cinq ans et à l’acte IV, le dernier, ils ont soixante-dix ans. La pièce nous parle de l’évolution, celle de leurs rapports, celle du monde qui les entoure, et celle, inévitable, du temps qui nivelle ou révèle à l’extrême leurs envies ou leurs obsessions. »

 

Fanny Mentré >>>